De Québec à Montréal il n’y a qu’un pas … Et un changement de permis !

Ceux qui me suivaient sur feu mon ancien blog (qui a subitement disparu dans les abîmes du web…) vous savez que mon « chum » (mon copain dans le jargon québécois, faut que je m’y remette un peu là) et moi avons vécu 18 mois à Québec, puis pour des raisons qui nous sont propres, nous sommes rentrés en Corse en octobre 2015. Mais n’en ayant pas encore terminé avec ce vaste pays qu’est le Canada, nous repartons ce 31 décembre pour 2 ans (normalement hein) mais à Montréal cette fois.

Si la première fois nous étions partis avec un permis de travail temporaire (PTT) chacun, cette fois les choses sont un peu plus compliquées. En effet, je suis la seule à avoir obtenu le très convoité PVT, mon chéri partira donc en tant que touriste le temps qu’il puisse faire une demande de permis de travail ouvert (PTO) dans les semaines à venir (une fois qu’il l’aura obtenu je vous expliquerais la démarche à suivre, je préfère d’abord m’assurer qu’elle fonctionne bien (ce que j’espère sinon on est un peu dans la m**** hein)). |Vous pouvez consulter cet article pour savoir comment partir travailler au Canada|

Pourquoi On Change De Ville ?

On s’est rendu compte que ce qu’on avait lu un peu partout était vrai. Québec c’est un gros village et c’est très familial. On a vraiment aimé y vivre et y construire notre petite routine ces 18 mois, sauf que voilà, on avait envie d’un peu plus (plus d’activité, plus de foule, plus d’espace etc…), mais aussi de nous rapprocher de nos amis franco-montréalais.
L’autre raison c’est qu’à Québec on nous a imposé un temps complet (la faute au contrat signé avec RSQ) à partir de janvier 2015, alors qu’on partait certes pour travailler mais aussi et surtout pour bouger et découvrir. Du coup travailler 10 soirs par quinzaine, c’était beaucoup trop et ça nous a complètement déprimé et freiné dans nos envies de voyages… À Montréal, au CHUM où je vais travailler (et chéri par la suite), j’aurai un 7 (c’est à dire, que je serais à temps partiel et que je travaillerai 7 (jours, soirs ou nuits, je ne sais pas encore) par quinzaine) donc, de quoi largement profiter, avoir une vie en dehors du travail et pouvoir faire plus de voyages (on espère) !

Pourquoi Avoir Choisi Le PVT ?

Parce que comme dit plus haut, un des buts était de voyager un maximum (donc réfléchissez bien à vos véritables envies avant de faire une demande de PTT, parce qu’on en voit très rapidement ses limites). Le PVT était donc parfait, et surtout plus rapide à obtenir (si bien sûr on arrive à être parmi les chanceux) que la résidence permanente. Nos envies de road trip à travers le Canada et les States ont donc été plus fortes que tout. Et on ne voulait pas être de nouveau liés (et bloqués) à un employeur. La résidence permanente aurait cependant été une autre solution envisageable.

Comment On S’y Est Pris ?

Ben c’est simple, on a sagement attendu l’ouverture des quotas pour le PVT 2015 et on a tenté notre chance. Sauf que voilà, c’est devenu très difficile à obtenir un PVT pour le Canada, si bien qu’ils sont partis en une poignée de secondes. Du coup, pour 2016 ils ont décidé de changer la façon de faire, et maintenant ça se passe par tirage au sort (et donc, il vous faudra sortir tous les grigris possibles pour obtenir le fameux sésame !).
Au final, je suis la seule à l’avoir miraculeusement obtenu, nous permettant de partir à deux quand même (c’est possible uniquement si vous êtes conjoints de fait).
Une fois ma lettre d’introduction (LI pour les intimes) reçue (le papier que l’on présente à la douane, en plus d’autres documents, et qui permet d’avoir son PVT agrafé dans son passeport), on a contacté le CHUM (Centre Hospitalier Universitaire de Montréal) pour obtenir des entretiens d’embauche avant de rentrer en Corse, afin d’avoir quelque chose au moment où l’on souhaiterait revenir (et pour ne pas perdre trop de temps et trop empiéter sur mon PVT). Ensuite tout s’est enchaîné très vite et on est rentrés retrouver nos familles (qui nous manquaient terriblement) le cœur (et la tête) léger et avec une possibilité de revenir au Québec à un moment donné.
Cela dit, je tiens à préciser quand même qu’avec un PVT nul besoin d’avoir un employeur avant de débarquer au Canada, la seule raison pour laquelle on en avait besoin nous, c’était pour que mon chéri puisse obtenir un permis de travail ouvert le plus rapidement possible après le début de mon PVT (il faut au détenteur du PVT un contrat de plus de 6 mois dans un emploi de la catégorie A, B ou 0 du CNP).

Et Ensuite ?

Ensuite, départ le 31 décembre 2015 pour de nouvelles aventures à Montréal cette fois, avec une prise de poste le 18 janvier pour ma part (normalement). Je vous ferais donc un article sur le passage (réussi ou non) à la douane pour obtenir son PVT et le passage du conjoint de fait en tant que touriste. Puis par la suite, la demande de PTO pour le conjoint ainsi que mes premiers pas au CHUM (etc. etc.).

.

.

Si vous avez des questions ou si vous avez envie que je vous parle de sujets particuliers concernant l’expatriation et/ou le travail d’infirmière au Québec, je vous invite à me les poser en commentaire dans cet article ou sur la page facebook du blog.

Publicités

8 réflexions sur “De Québec à Montréal il n’y a qu’un pas … Et un changement de permis !

  1. Bonjour, jeune D.E. j’envisage de plus en plus de tenter l’aventure au Québec mais tout est encore flou pour moi. Si je fais une demande via le RSQ aurais-je forcément un PTT car j’admets vouloir en profiter pour voyager ? Et sinon je n’ai pas bien compris comment, auprès de qui faire une demande de PVT ?
    Merci beaucoup pour vos posts car ils m’aident à y voir plus clair.

    1. Bonsoir,

      Tu n’auras pas forcément un PTT si tu passes par RSQ (les PTT sont de moins en moins courants), tout dépendra de ce que tu veux toi et de si tu es prêtes à patienter et combien de temps (la résidence permanente est très longue à avoir).
      Malheureusement, si tu passes par un PVT, à moins que tu trouves un employeur prêt à t’embaucher bien avant et non pas une fois sur le territoire (après avoir débuté ton PVT depuis plusieurs semaines), tu as peu de chance de trouver un hôpital qui t’embauchera avec un PVT qui est justement fait pour voyager (ca leur coûte de l’argent et du temps avec un risque énorme que tu les lâches en cours de route), mais ce n’est pas impossible (la preuve moi j’ai trouvé, cela dit, moi j’ai un avantage non négligeable c’est que j’ai déjà travaillé au Québec et que j’ai obtenu mon permis de travail m’autorisant à exercer).
      La demande de PVT se fait via moncic, je te conseille d’aller jeter un coup d’oeil sur le site pvtistes.net qui t’aidera beaucoup dans les démarches pour le PVT (si tu crois qu’il te conviendra).

    1. On va apporter toutes les preuves possible de conjoint de fait + la lettre d’embauche de l’hôpital où je vais travailler et leur expliquer que pour ne pas perdre le statut de conjoint de fait il est un peu obligé de me suivre !! Et on va prier très fort !!
      D’ailleurs tu as une idée de combien de temps on peut être séparé « physiquement » sans qu’on ne perde le statut conjoint de fait ?

    2. Mais est-ce qu’ils peuvent lui faire un visa ouvert même si tu es en pvt ? Au niveau du conjoint de fait je ne sais pas trop, peut-etre dès que vous n’avez plus la même adresse.

    3. Les formalités changent tellement que je m’y perds. T9ut devrait bien aller. Bien hâte de te voir sur Mtl en espérant que tout aille bien pour vous 😊

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s